Nos coordonnées
Club Astronomique de la Région Lilloise
Vous êtes ici : > Dossiers > Petite chronique zodiacale de Bernadette






LE TAUREAU

Popularité : 49 %


PETITE CHRONIQUE ZODIACALE DE BERNADETTE


Publié le : mardi 1er mai 2012, par  Bernadette JARDEZ





Dans la même rubrique :

LE BELIER
LA BALANCE
LA VIERGE
LE CANCER
LE LION
LE SAGITTAIRE
LE SCORPION
LES GEMEAUX
OPHIUCHUS, LE SERPENTAIRE

Rubriques voisines :

L'Année Mondiale de l'Astronomie 2009
Le transit de Vénus 2004
Le transit de Vénus 2012



Traversée par le Soleil du 14 mai au22 juin, c'est une belle constellation de notre ciel d'hiver connue depuis le néolithique. Son nom est à mettre en rapport avec les cultes agraires de cette époque. Dans la mythologie grecque, le taureau est la forme prise par Zeus lors de l'enlèvement d'Europe. Une autre légende parle du taureau blanc envoyé par Poséidon à Minos.

La constellation du taureau :

La constellation du Taureau - 126.5 ko
La constellation du Taureau

Il y a cinq milles ans, les Perses avaient désigné quatre étoiles royales, gardiennes du ciel : Aldebaran, Regulus, Antarès et Fomalhaut. Aldebaran (alpha tauri) est l'étoile la plus brillante de la constellation du taureau. Pour la situer, on repère la ceinture d'Orion (les trois rois), dans l'alignement de ces trois étoiles on trouve en descendant, Sirius du grand chien, l'étoile la plus brillante du ciel, et symétriquement en remontant cette ligne, Aldebaran la treizième étoile la plus brillante du ciel. C'est une géante orangée qui a quitté la séquence principale après avoir utilisé son hydrogène, elle brûle maintenant de l'hélium. Son diamètre est 44,2 fois celui du Soleil. Elle a une compagne, naine rouge de type M2 difficile à voir car de faible magnitude. Aldebaran (le disciple ou la servante en arabe) est une étoile pulsante, faiblement variable. En 1997 on a détecté un objet, soit une grosse planète, soit une naine brune, d'une taille environ onze fois la masse de Jupiter orbitant à 1,35 UA d'Aldebaran.

Les principales étoiles du taureau :

Mais comment nomme-t-on les étoiles ?

De l'antiquité, nous viennent à peine quelques centaines de noms pour les étoiles les plus brillantes. Ptolémée dans l'Almageste en nomme 1022. C'est au Moyen Age que les Arabes ont désigné de plus en plus d'étoiles dont les noms ont été conservés. Ainsi El nath signifie « les cornes ». En 1603 Johann Bayer, dans son ouvrage Urométria, classe les étoiles d'une constellation, en utilisant une lettre de l'alphabet grec suivi du génitif du nom latin de la constellation. Aldebaran devient alpha tauri. La lettre alpha désigne l'étoile la plus brillante de la constellation.

Mais il n'y a que 24 lettres grecques et l'appréciation de la luminosité est parfois source d'erreur, ainsi Alcyone troisième étoile de la constellation est appelée eta tauri.

Le second système provient de l'Historia Coelestis Britannica (1612-1725) de John Flamsteed. On numérote les étoiles par ordre croissant d'ascension droite.

En pratique, ces deux méthodes ne peuvent classer que quelques milliers d'étoiles. Exemple 10 tauri, naine jaune-blanche de classe F9 IV-V située à 45 al du Soleil (03H 36min 52,38s - 00° 24' 06,0'' - mag app 4,28).

Le catalogue de Henri Draper publié dans les années 1918-1924 couvre tout le ciel jusqu'à la magnitude 9 ou 10. Exemple : HD 23985 naine jaune de type G4 IV-V à 108 al de nous, qui possède au moins trois exoplanètes. Sa magnitude apparente est de 7,98.

D'autres catalogues plus spécialisés verront le jour par la suite.

La constellation du taureau est riche en divers objets magnifiques à observer.

En plus de quatre amas ouverts et de plusieurs étoiles doubles, on y trouve la nébuleuse du crabe, vestige de la supernova du 4 juillet 1054, au nord-est de zeta tauri.

Mais qu'est-ce qu'un amas ouvert ?

C'est un ensemble d'étoiles qui regroupe de cent à mille étoiles du même âge, liées entre elles par la gravitation. Peu lumineux, les amas ouverts se situent dans le plan de notre galaxie. Mais on en observe aussi dans les nuages de Magellan et dans la galaxie d'Andromède. A plus ou moins long terme ces étoiles sont appelées à se disperser au cours de leur mouvement autour du centre galactique.

Faciles à observer à l'oeil nu et avec les jumelles, les Hyades et les Pléiades sont des merveilles à ne pas manquer.

Les Hyades - 14.5 ko
Les Hyades

Les Hyades forment un amas proche d'Aldebaran. L'amas s'est formé il y a 660millions d'années, c'est l'amas le plus proche de nous, à 150 a.l du Soleil. Il n'est ni mentionné dans le catalogue Messier ni dans le New Général Catalogue, on le trouve répertorié Mel 25 dans le catalogue de J.P Melotte de 1915. A l'oeil nu, on ne voit que cinq ou six étoiles de magnitude supérieure à 3 qui forment une sorte V avec Aldebaran. Mais le nombre d'étoiles serait d'environ 350. L'amas est en mouvement, les étoiles se déplacent ensemble en s'éloignant du Soleil à la vitesse de 43 km /s. Ce mouvement « le courant du taureau « semble entraîner l'amas vers on point situé à l'est de Bételgeuse. Hyades signifie en grec « celles qui font pleuvoir » ce sont des nymphes des bocages, des fontaines et des marais. Leurs noms sont Ambrosie, Eudore, Coronis, Dioné, Polixo, Phaéo, Phésylé......... Elles pleurèrent d'innombrables larmes à la mort de Hyas, leur frère, elles furent transformées en étoiles par Zeus pour les consoler. Mais ce n'est qu'une légende parmi d'autres !

Les Pléiades - 45.8 ko
Les Pléiades

Les soeurs des Hyades, les Pléiades (M45), forment un amas situé à 380 a.l de nous. L'amas contient environ 3000 étoiles dont on peut voir à l'oeil nu six à douze étoiles selon les conditions d'observation. Agé d'environ 100 millions d'années, l'amas devrait se disperser d'ici 250 millions d'années. Particulièrement belles à observer aux jumelles, les Pléiades sont connues depuis la préhistoire. Au néolithique leur apparition marquait le début des moissons dans l'hémisphère nord. Représentées sur le disque de Nebra (1600 ans av JC), les Pléiades sont citées dans l'Odyssée d'Homère et dans la Bible.

Sous le signe du taureau.

Pour l'astrologie le Soleil traverse cette constellation du 21avril au 20 mai.

Cecilia Helena Payne - 28.2 ko
Cecilia Helena Payne

Née le 10 mai 1900 à Wendover au Royaume-Uni, Cecilia Helena Payne, fille aînée de trois enfants, manifeste très tôt un intérêt pour les sciences, en particulier pour l'astronomie. Elle étudie d'abord la botanique puis les sciences naturelles au Newham Collège de l'Université de Cambridge, à partir de 1919. C'est là qu'elle assiste à une conférence d'Arthur Eddington qui cherche à prouver la théorie de la relativité en photographiant une éclipse en Afrique. C'est pour elle une révélation, elle sera astronome. Elle obtient son diplôme en sciences en 1923, mais les postes de chercheur sont fermés aux femmes. Elle part aux Etats-Unis à l'observatoire de l'Université de Harvard et travaille sous la direction de Harlow Shapley. Elle établit un lien entre la classe spectrale d'une étoile et sa température réelle. Puis montre que la grande variation dans les raies d'absorption est due aux différences d'ionisation qui se produisent à différentes températures et non à des différences de composition. Elle découvre que les étoiles ont toutes les mêmes proportions en éléments lourds que la Terre, mais que l'hélium et l'hydrogène y sont beaucoup plus abondants. Elle publie un article en 1924. Henry Russel la dissuade de publier sa découverte sur l'hydrogène des étoiles car il n'y croit pas. Il se rangera à cette idée en 1929. Cécilia Payne défend cependant sa thèse en 1925. Otto Struve dira « assurément c'est la thèse la plus brillante jamais écrite en astronomie ». Devenus citoyenne américaine en 1931, elle épouse Sergei Gaposchkin en 1934. Bien que mariée, elle conserve son poste de chercheur, ce qui choque à cette époque, et lorsqu'elle publiera un article en étant enceinte de cinq mois Shapley lui demandera que cela ne se reproduis plus. Avec son mari elle étudie la magnitude de plus de deux millions d'étoiles, particulièrement des variables, situées dans la Voie lactée et les nuages de Magellan. Elle permet de les classer et de déterminer leur évolution. En 1938, elle obtient un poste fixe à Harvard et reçoit en 1956 le titre de professeur. Elle devient la première femme nommée chef du département d'astronomie de l'université. Elle meurt en 1979. Un astéroïde « 2039 Payne-Gapschkin » sera nommé en son honneur.

Vous voilà prêts à découvrir les beautés de la constellation du taureau ! Et bien, c'est la surprise, Aldebaran, au cours du mois de mai se couche de plus en plus tôt alors que la durée du jour augmente, elle disparaît dans la lumière du jour pour quelques mois. Alors soyez patients.



Imprimer cet article




Auteur :


Bernadette JARDEZ

0
 



0  




LOGO SPIP | Nos coordonnées | Sommaire | Résumé long | Plan du site | Statistiques | Rédaction |